Son-et-lumiere

When I was a boy with never a crack in my heart.

Dimanche 27 mars 2011 à 15:26

Ah! les oaristys! les premières maîtresses!

L'or des cheveux, l'azur des yeux, la fleur des chairs,
Et puis, parmi l'odeur des corps jeunes et chers,
La spontanéité craintive des caresses!

Sont-elles assez loin, toutes ces allégresses
Et toutes ces candeurs! Hélas! toutes devers
Le Printemps des regrets ont fui les noirs hivers
De mes ennuis, de mes dégoûts, de mes détresses!

Si que me voilà seul à présent, morne et seul,
Morne et désespéré, plus glacé qu'un aïeul,
Et tel qu'un orphelin pauvre sans soeur aînée.


O la femme à l'amour câlin et réchauffant,
Douce, pensive et brune, et jamais étonnée,
Et qui parfois vous baise au front, comme un enfant! 

P.V.

Commentaires

Critiquer (ou pas)

Par Anicroche le Dimanche 27 mars 2011 à 21:00
Je ne le connaissais pas celui là. P.V., Verlaine je suppose ?
Par imparfaiite le Dimanche 27 mars 2011 à 22:47
Verlaine, mon amour, cruel et dévorant.
Par maud96 le Lundi 28 mars 2011 à 19:05
Ce blog est comme une boîte à trésors oubliés : ici ce poème, et les vidéos dans l'article d'avant, tu montres, réveilles, rappelles, et c'est un plaisir avec toi de découvrir ou redécouvrir ! Merci !
Par http://www.handifanclubom.fr le Samedi 2 juillet 2016 à 3:33
Camille ado, regarde par la fenêtre la pluie tomber.
 

Critiquer (ou pas)









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://son-et-lumiere.cowblog.fr/trackback/3096446

 

<< << | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | >> >>

Créer un podcast